Sitemap

Reseaux sociaux
  • Twitter
  • Facebook
Signez la pétition
Pour nous contacter par ecrit

Observatoire de la théorie du Genre
34 rue Emile Landrin
92100 Boulogne

Contactez-nous

Ouvrir les yeux
sur la theorie du genre.

Vous êtes ici:

Actualités

  • 2
    oct

    Argentine : un enfant de six ans autorisé à « changer de genre »

    Comme le relate la BBC dans un article du 27 septembre, Manuel, un petit garçon argentin de six ans, pourra désormais s’appeler Lulu et être considéré comme une fille.

    La législation argentine n’a en effet requis aucune décision médicale et de justice (voir notre article sur le changement de genre en Argentine) pour qu’un « changement de genre  » soit autorisé sur les documents d’état civil.

    Une décision administrative dont se félicite Cesar Cigliutti, porte parole du « Groupe de la Communauté homosexuelle argentine », le principal lobby gay du pays.

    Les parents avaient vu leur requête rejetée deux fois auparavant par l’administration de la province de Buenos Aires qui considérait qu’un enfant de moins de 14 ans ne disposait pas de la capacité de jugement suffisante pour prendre une telle décision. Les parents de l’enfant ont alors fait appel à une agence de protection de l’enfance, laquelle s’est appuyée sur la Convention des droits de l’enfant des nations unies pour considérer ce rejet comme une violation des droits de Manuel/Lulu.

    Un enfant – donc un individu dont le jugement et la raison sont encore en construction – peut donc désormais «  choisir  » d’être transgenre sur simple réclamation.

    Désormais, Lulu/Manuel est le plus jeune transgenre : un petit garçon peut désormais être considéré dans son état civil et dans sa vie de tous les jours comme une petite fille, en attendant peut-être d’être opéré dans quelques années.

    Ici le découplement entre l’anatomie et le genre est total ce qui n’est pas sans poser de problèmes. Ainsi Coy Mathis, un garçon américain qui se considère transgenre de 6 ans a été autorisé en juin à utiliser les toilettes pour fille de son école [1] du Colorado, ce qui n’a pas été sans perturber les autres petites filles élèves de l’établissement : «  En grandissant, les parties génitales de Coy se développent, tout comme le reste de son corps et plusieurs parents et élèves peuvent être mal à l’aise si les autres petites filles voient ça  » a expliqué le directeur de l’école. Une décision contestée par le Tribunal des droits civils du Colorado ce qui, de l’avis même des parents de Coy est « une victoire pour tous les enfants transsexuels  ». C’en est une en tous cas pour les militants lgbt.

Nous Suivre sur Dailymotion

Mes amis sur Facebook

Nous suivre sur Twitter