Sitemap

Reseaux sociaux
  • Twitter
  • Facebook
Signez la pétition
Pour nous contacter par ecrit

Observatoire de la théorie du Genre
34 rue Emile Landrin
92100 Boulogne

Contactez-nous

Ouvrir les yeux
sur la theorie du genre.

Vous êtes ici:

Presse

  • 29
    mai

    La théorie du genre s’immisce à l’école

    Le principal syndicat du primaire propose des « outils » pour parler des « nouvelles familles ».

    « Est-il nécessaire d’apprendre à nos enfants à aimer les travestis ? », peut-on lire en boucle sur les réseaux sociaux. L’information bruisse sur les blogs des sympathisants de la Manif pour tous depuis quelques jours. Le livre Papa porte une robe ferait son entrée dans les salles de classe de l’école primaire. La polémique enfle à la suite d’un colloque du Snuipp, principal syndicat enseignant du premier degré, autour du thème « Éduquer contre l’homophobie dès l’école primaire ». À l’occasion de cet événement organisé le 16 mai, jour de lutte contre l’homophobie, le syndicat a « mis à disposition » des professeurs des « outils théoriques et pratiques pour avancer ». Libre à eux de s’en inspirer ou non. Le rapport de 192 pages déroule de nombreux chapitres, comme « Le genre, ennemi principal de l’égalité » ou « Déconstruire la complémentarité des sexes » et propose une vingtaine de « préparations pédagogiques » et ouvrages « de référence » - dont le fameux livre. « La littérature jeunesse est un support pertinent pour aborder toutes les questions sensibles », affirme Sébastien Sihr, secrétaire général du syndicat, avant de préciser qu’il s’agit de « suggestions »sans lien avec les programmes scolaires. « Le livre Papa porte une robe permet d’aborder les questions de sexisme et d’homophobie, qui sont liées », poursuit-il.

    Mais Olivier Vial, président de l’UNI, proche de l’UMP et ardent combattant d’une « théorie du genre » qui voudrait se frayer un passage dans l’enceinte scolaire, ne l’entend pas de cette façon. « Cet ouvrage sera-t-il utilisé pour montrer que l’on peut passer d’un sexe à un autre ? », s’alarme-t-il. Reflet de ces inquiétudes, la pétition lancée à son initiative mi-mars sur Internet contre la théorie du genre à l’école arecueilli 270.000 signatures.

    Le syndicat était monté au créneau après un amendement socialiste à la loi de Vincent Peillon demandant que l’école assure « les conditions d’une éducation à l’égalité de genre ». Amendement qui n’a pas été retenu pas la commission des affaires culturelles du Sénat, preuve que le ministre et la majorité, malgré la présence dans leurs rangs de militants de la cause, ne tiennent pas à s’aventurer sur ce terrain glissant. « Au-delà des combats législatifs, il va falloir surveiller les cours et les manuels scolaires », poursuit Olivier Vial, qui, face à « cette tentative de déconstruction », invite les enseignants à la « résistance ».

    Lire la suite

Nous Suivre sur Dailymotion

Mes amis sur Facebook

Nous suivre sur Twitter