Sitemap

Reseaux sociaux
  • Twitter
  • Facebook
Signez la pétition
Pour nous contacter par ecrit

Observatoire de la théorie du Genre
34 rue Emile Landrin
92100 Boulogne

Contactez-nous

Ouvrir les yeux
sur la theorie du genre.

Vous êtes ici:

Presse

  • 14
    mai

    Les garçons en jupe dans l’Académie de Nantes, vendredi : mais où s’arrêteront-ils ?

    Vendredi 16 mai, tous les élèves et les enseignants (spécialement les garçons) des lycées de l’Académie de Nantes sont incités à venir au lycée en jupe.

    Le rectorat de l’Académie de Nantes qui fait la promotion de ce « dispositif » et en assure le suivi « pédagogique » y voit un moyen de lutter contre le sexisme.

    « La lutte contre le sexisme et la promotion de l’égalité ont bon dos. Combien d’inepties vont encore être mises en place dans nos écoles en leurs noms ? Après le dispositif « ABCD égalité », après la promotion de livres comme « Papa porte une robe », désormais l’Education nationale demande aux garçons de porter la jupe, où s’arrêteront-ils ? » s’interroge Olivier Vial, président de l’UNI et porte-parole de l’Observatoire de la théorie du genre.

    A quelques semaines du bac, les lycéens n’ont-ils pas d’autres sujets de préoccupations ? Les enseignants qui se plaignent à juste titre de voir leur autorité contestée, pensent-ils réellement qu’un homme faisant cours en jupe va accroître son autorité sur sa classe ?

    Cette journée de la jupe proposée par le rectorat de Nantes envoie un message bien différent de celui du film éponyme de Jean-Paul Lilienfeld avec Isabelle Adjani. Dans ce film, le propos était de permettre aux filles d’assumer leur féminité dans des environnements où c’était parfois difficile en portant la jupe sans être victime des moqueries des garçons. C’était là un vrai message de respect, loin de la mascarade proposée par le rectorat de Nantes et qui au final nie l’identité féminine et masculine et confond égalité et uniformité.

    Affiche de la précédente édition

Nous Suivre sur Dailymotion

Mes amis sur Facebook

Nous suivre sur Twitter