Sitemap

Reseaux sociaux
  • Twitter
  • Facebook
Signez la pétition
Pour nous contacter par ecrit

Observatoire de la théorie du Genre
34 rue Emile Landrin
92100 Boulogne

Contactez-nous

Ouvrir les yeux
sur la theorie du genre.

Vous êtes ici:

Actualités

  • 5
    mar

    Michel Onfray dénonce "la fiction dangereuse" qu’est la théorie du genre

    Dans sa dernière chronique mensuelle, le philosophe Michel Onfray [1] (qu’on ne peut accuser d’être un obscure réactionnaire) s’inquiète de la dérive totalitaire portée par l’introduction de la théorie du genre à l’école.

    Onfray rappelle ainsi le drame de David Reimer, cobaye dans les années 70 du professeur John Money (voir notre articlesur le sujet). Celui-ci cherche à prouver que le sexe ne serait qu’un construit social et qu’on peut facilement faire d’un petit garçon une petite fille.

    « En 1966, les époux Reimer consultent le docteur John Money (1921-2006), sexologue et psychologue néo-zélandais spécialiste de l’hermaphrodisme à l’université américaine Johns Hopkins. Cet homme affirme depuis 1955 que l’identité sexuelle biologique du mâle ou de la femelle ne suffit pas à constituer le genre sexuel du garçon ou de la fille – la thèse cardinale de la Théorie du Genre?. Le problème des Reimer ? La circoncision de David pour des raisons médicales, un phimosis, l’un de leurs jumeaux, a raté : la cautérisation électrique a brûlé le pénis, la verge est calcinée.
    Le Docteur Money saisit l’occasion pour prouver expérimentalement la validité de ses hypothèses théoriques. Il invite les parents à éduquer David comme une fille. David devient Brenda. Il subit un traitement hormonal. Quatorze mois plus tard, on lui retire les testicules. Elle est habillée en fille, traitée comme telle. A six ans, il semble devenu une fille. John Money publie des articles et des livres pour défendre la théorie du genre avec ce qui est devenu dans la littérature spécialisée « le cas John / Joan
     » [2].

    Le résultat de cette expérience ? Michel Onfray le relate ici : « Or David/Brenda grandit douloureusement. Sa voix mue à l’adolescence ; il est attiré par les filles. Le médecin veut lui imposer une vaginoplastie ; il refuse. Money contraint les deux jumeaux à simuler des relations sexuelles pour stimuler le désir de David. A treize ans, David menace de se suicider si ses parents continuent à lui imposer les visites à Money. A quinze ans, le jeune homme arrête son traitement hormonal et se fait prescrire de la testostérone. Il subit une mastectomie et deux opérations de phalloplastie. Ses problèmes identitaires le détruisent. Il boit. Il suit un traitement médical pour schizophrénie.
    Devant sa détresse ses parents lui révèlent enfin la vérité. Brenda redevient ce qu’il était : David. Il épouse une femme. Mais ne trouve ni la paix, ni la sérénité. Il se suicide en 2002 par une overdose de médicaments. Son frère Brian met fin lui aussi à ses jours en 2004
     ».

    Comme le note Onfray, le sordide ne s’arrête pas là puisque Money n’a jamais reconnu ses torts. Pire, à sa suite, les tenants de la théorie du genre continuent de voir en cette expérience une réussite prouvant qu’on peut parfaitement distinguer sexe et genre :
    « Judith Butler fait le tour du monde en défendant ces délires. La presse de la bienpensance française de gauche lui ouvre largement ses colonnes. De la même façon que le réel a montré les erreurs de Marx & de Lénine, de Freud & de Lacan, mais qu’il y a toujours des marxistes & des freudiens, le réel a montré en 2002 que la théorie du genre était une fiction dangereuse, mais quantité de gens souscrivent à cette nouvelle déraison – dont Najat Valaud-Belkacem.  »

    Aidez nous à financer un documentaire pour faire connaître la tragique histoire du premier cobaye de la théorie du genre !

Nous Suivre sur Dailymotion

Mes amis sur Facebook

Nous suivre sur Twitter